Marcelle della Faille, une femme au service de l’amour et de la création délibérée

Marcelle est la première des intervenants aux e.Days à m’avoir oui ! C’était en 2012, le premier des weekends enchanteurs que vous connaissez se préparait, se dessinait et ce oui m’a donné une énorme force via la joie !

Les e.Days ne sont pas une « opération commerciale » au sens comptable du terme. Je ne suis pas « organisatrice d’évènements », ma soeur Sophie non plus, ni les nombreux amis qui nous prêtent main forte pour que ces journées d’enchantement existent, ni vous, toujours plus nombreux à venir y participer. Tous, acteurs et cocréateurs des e.Days, avons des projets de vie, des projets professionnels, plus ou moins clairs et définis, mais, leur lumière nous porte et nous nous sentons tous comme en suspens de plus en plus proches des vérités que nous sommes et qui cherchent à s’incarner dans la matière en devenir, celle de la nouvelle terre (au sens d’Eckart Tolle). J’aime l’idée, véhiculée par les evolution Days depuis qu’ils existent, que l’expression de nos projets (talents ou autres idées folles) sera possible lorsque nous nous serons réconciliés avec l’argent. Il reste « le nerf de la guerre » selon l’adage (ou croyance collective très présente). Pourtant grâce à l’apport des e.Days et du courant de pensée qu’ils émulent, et auquel ils participent activement, l’outil « argent » devient un « nerf de la paix » … qui ouvre la voie à tous les possibles.

Je suis donc très heureuse que Marcelle ait accepté mon invitation (voir vidéo ci dessous) pour nous apporter à nouveau son éclairage à ce propos. C’est en effet cette femme qui m’a permis d’apaiser ma vision de l’argent. Je voudrais citer mon ami Christian Junod qui lui aussi et de façon très complémentaire m’a soutenue dans cette paix retrouvée.

Marcelle aux e.Days#2 en mai 2014

L’expression « l’argent c’est le nerf de la guerre », (donc, l’argent c’est le gros problème, c’est le blocage…), symbolise la vision que notre société et l’inconscient collectif qui en émane,ont de ce medium ou intermédiaire. La « peur d’en manquer », est une pensée, une croyance, basée sur les fondations de l’ancien paradigme, qui non seulement « coupe les jambes » (et enlève l’énergie de l’élan, à nos projets) mais également domine, en mode bien souvent obsessionnel dans nos consciences assujetties aux jeux de pouvoirs qui ont constitué l’environnement philosophico-sociétal de l’ancien paradigme.

Cette expression commune et admise par la majorité, « L’argent c’est le nerf de la guerre » symbolise aussi « mon » brouillage de piste. Car d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours considéré l’argent comme un simple outil dans ce qu’enfant je voyais comme des jeux d’échange de valeur. Ma grand mère était commerçante de proximité de Cherbourg, un petit village dans la Manche. J’y partais en vacances dés que possible pour l' »aider ». J’ai un grand souvenir de fierté lorsque je « servais » (sans déborder) les verres de mes premiers « cocréateurs », témoins de l’amour que je mettais à la tâche soutenue par le regard bienveillant de cette femme que j’adorais et que j’adore toujours ! J’avais régulièrement « droit » à l’occasion, à de petits pourboires que je considérais comme un trésor inestimable. Ca vibrait l’amour tout simplement…et ça m’autorisait à imaginer de nombreuses situations ou scénarios de vie (des projets) qui me faisaient rêver…

Les pistes ont eu beau se brouiller pour moi, dans cette atmosphère de « peur de manquer d’argent », j’ai toujours gardé la confiance, car honnêtement, je n’ai jamais réellement « souffert » du manque (…). Néanmoins, ma vie n’était pas guidée par mes élans intérieurs. Elle l’était pas les modèles extérieurs : diplômée, salariée, mariée, une maison, une voiture, 2 enfants, aimant faire les boutiques et nager pour me sentir jolie, heureuse certes, je donnais le change à l’extérieur mais c’était construit, « cousu de fil blanc » comme on dit. J’étais éteinte à l’intérieur, j’étais en conflit, « ma guerre contre moi même ». Ma maman a fait sa transition en 2005, me léguant un exemple de sagesse précieux et rare dont j’ai peu à peu découvert et saisi la subtilité. Elle m’a transmis le feu, conscient, de la vie sur terre, en la quittant (…). Elle m’a transmis la conscience de l’invisible et de notre incroyable puissance créatrice ! J’ai toujours pensé qu’elle m’avait guidée jusqu’à Marcelle della Faille. Cette femme, lorsqu’elle fut ma formatrice, ou plutôt, mon initiatrice aux lois universelles en 2010, m’a permise de remettre toute la lumière sur ce medium à la considération pour le moins controversée… J’ai donc pu, grâce aux informations partagées, reconnaitre et remettre au centre de mon être, mon pouvoir de créatrice et de porteuse de projets « au service de l’amour », d’autres diraient des projets « qui ont du sens »… J’ai remis l’argent à sa juste place d’intermédiaire et l’origine de sa source à d’autres endroits qu’au simple fait de « travailler ». « L’argent peut provenir de sources que vous n’imaginez même pas » dit Marcelle, « il y a plein d’autres canaux que celui du travail acharné et douloureux. Celui du travail passionné et joyeux (quand on fait « sa part » et qu’on est à sa place) déjà, mais plein d’autres encore, « hors travail » ! » C’est là que la magie arrive…

L’évolution que nous connaissons à l’échelle collective aujourd’hui, partout dans le monde, nous laisse entrevoir la réhabilitation de l’argent à sa juste place, à savoir celle d’un outil d’échange au service de nos projets lumineux et alignés, en fait au service de l’amour, est un « nerf ou « un air » de paix ». Un outil d’échange au service des jeux de pouvoir, en fait au service de la peur est effectivement un « nerf ou « un air » de guerre (de conflit)  » Marcelle fut la première de tous les intervenants aux e.Days a accepter sans détour de venir apporter « sa part » d’informations à l’événement, de façon bénévole. Elle a compris le sens (nouveau) que je cherchais à injecter dans ce weekend cocréateur qui vise à matérialiser, à vibrer, à rayonner, à propager les graines (informations) de la nouvelle conscience, celles qui font la nouvelle histoire de l’humanité. Cultiver ce qui émane des e.Days, c’est vivre dans la conscience du nouveau. Dans la conscience du nouveau paradigme. L’ancien était basé sur la peur, le nouveau paradigme est basé sur l’Amour. De nombreux autres cocréateurs lui ont succédé dans cet esprit contributeur et participatif !

Plus qu’un évenement les e.Days depuis 2013 portent un mouvement …la suite vous interesse ? Venez particper à leur édition 2019 ! Le weekend est « soutenu » cette année, je retrouve l’énergie de la première année et cela me transmet une confiance sereine. Je m’abandonne à l’idée d’une édition magnifique en mode « impro », qui va nous faire sentir, vivre la BLUE NOTE, cet état de grâce et d’harmonie auquel nous aspirons tous. C’est un état de paix intérieure d’où vont partir nos fusées de désirs les plus pertinentes ! Soyons nombreux ce 25 mars pour partager avec Marcelle et du 24 au 26 mai 2019 au Dôme à Caen pour vibrer ensemble à partir d’un endroit de paix intérieure !